100, rue des maths 38610 Gières / GPS : 45.193055, 5.772076 / Directeur : Thierry Gallay

Le bâtiment de l'Institut Fourier est à nouveau accessible par badge ou code, de 6h30 à 21h30, du lundi au vendredi. Il reste toutefois fermé et sous alarme les week-ends et jours fériés. La bibliothèque du laboratoire est actuellement fermée, mais un service de prêt et de retour d'ouvrages a été mis en place. La cafétéria du second étage est en travaux, pour une longue période. Pour des raisons de traçabilité, les membres du laboratoire sont priés de signaler leurs jours de présence en remplissant le sondage envoyé par la direction. Pour de plus amples informations, consulter l'intranet du laboratoire.
 
---------------------------------------------------------------------------------
 
 

Loïc Chaumont

Sur la caractérisation des mesures de probabilité par leur facteur de Wiener-Hopf espace-temps, ascendant
Mardi, 28 Mai, 2019 - 14:00
Résumé : 

(Travail en collaboration avec Ron Doney -- Université de Manchester) Selon la factorisation de Wiener-Hopf espace-temps, la fonction caractéristique φ de toute mesure de probabilité μ sur ℝ se décompose de manière unique en le produit,

1−sφ(t)=[1−χ−(s,it)][1−χ+(s,it)],|s|≤1,t∈ℝ,

où χ−(eiu,it) et χ+(eiu,it) sont les fonctions caractéristiques de mesures de (sous)probabilité sur ℤ+×(−∞,0) et ℤ+×[0,∞), respectivement. Nous montrons dans ce travail que μ est caractérisée par la seule donnée du facteur ascendant χ+(s,it), s∈[0,1), t∈ℝ dans de nombreux cas incluant ceux où :

1) μ admet des moments exponentiels,

2) la fonction t↦μ(t,∞) est complètement monotone sur (0,∞) ,

3) la densité de μ sur [0,∞) admet un prolongement analytique sur ℝ .

Nous conjecturons qu'en fait toute loi de probabilité est caractérisée par son facteur de Wiener-Hopf ascendant. Cette conjecture est équivalente à la suivante : Toute mesure de probabilité μ sur ℝ dont le support n'est pas inclus dans (−∞,0) est déterminée par les produits de convolution de μ par elle-même μ∗n, n≥1 restreints à [0,∞) .

Nous montrons que dans de nombreux cas, la seule donnée des mesures μ et μ∗2 restreintes à [0,∞) suffit à caractériser μ. Le conjecture ci-dessus a été démontrée récemment par Mateusz Kwa\'snicki (Université de Wroc\l aw) dans un travail pré-publié sur Arxiv. Nous tâcherons dans cet exposé de donner une idée de la preuve de M. Kwa\'snicki.

Institution de l'orateur : 
Université d'Angers
Thème de recherche : 
Probabilités
Salle : 
04
logo uga logo cnrs